Comment faire respecter les règles de vie chez l’assistante maternelle ?



Anne-Sophie

Bonjour, Anne-Sophie, 32 ans, ancienne secrétaire de direction, dans le Loir-et-Cher. Je me posais la question, en tant que future assistante maternelle.

Je viens de décrocher mon agrément pour 2 enfants. Si j’accueille des enfants dont les parents n’établissent pas les mêmes règles de vie, d’éducation et d’hygiène, comment faut-il faire ?

Une assistante maternelle rencontrée au RAM de la ville disait que l’enfant qu’elle accueille, porte des couches lavables. L’ass mat a accepté en connaissance de cause et cela ne lui a pas posé de problème. Elle conserve les couches souillées dans son garage jusqu’au soir. Les parents apportent des repas maison.

Ils sont vigilants sur toutes les questions écologiques : ils ont voulu que l’ass mat utilise des produits d’entretien naturels pour le sol, vu que leur fils marche à quatre pattes. Cette dernière a accepté car elle est sensibilisée à la préservation de l’environnement. Mais aujourd’hui, cela va plus loin et elle venait au RAM pour cette raison.

les parents souhaitent tout bonnement arrêter le port des couches.

L’assistante maternelle sait pertinemment qu’à 9 mois, l’enfant n’est pas encore en âge d’acquérir la propreté. Elle venait voir l’animatrice du RPAM pour demander conseil, un peu désemparée, car elle a peur d’être licenciée.

Du coup, je m’interroge sur le comportement des parents.

Bien entendu, ils ont droit d’exiger des choses, comme le fait de fournir et d’utiliser des produits bio et naturels pour le change de leur bébé.

Quitte à demander l’arrêt du port de couches, n’y a-t-il pas de l’ingérance de la part des parents ?

La question peut également se poser pour des règles de vie simples. Par exemple, si des parents refusent que leur enfant regarde la télévision, tandis que les autres acceptent, quelle règle suivre ?

En tant qu’assistante maternelle, n’ayant jamais accueilli d’enfants, je me pose des questions, sur la bonne attitude à avoir en professionnelle de la petite enfance. L’animatrice du RPAM avait une position très ferme à l’égard des parents, ce qui mettait l’ass mat dans l’embarras. Merci de m’éclairer !


Aurélie

Bonjour Anne-Sophie,

Je comprends votre question. Nous sommes vigilants à la protection de l’environnement, avec le tri des déchets et même l’envie d’aller vers le zéro déchet.

Les couches lavables font partie de cette démarche écologique.

Une ass mat, à la différence d’une crèche (à moins qu’elle en utilise pour tous les enfants) peut accepter les couches lavables fournies par les parents. Elle doit en avoir un stock suffisant chaque jour, prêt à être porté, à la fois nettoyé et séché.

Le nettoyage du sol peut être effectué avec des produits écologiques comme la pierre d’argile blanche ou le savon noir.

Très économique, il ne nécessite que peu de produit pour une grande surface.

Les parents n’ont pas à imposer un type de produit ou une marque pour l’entretien de votre maison mais il est vrai que l’usage de produits naturels est un plus pour l’accueil des petits et même pour vous au quotidien. Certaines personnes sont dérangées par le fait que ces produits ne sentent ni la lavande, ni le citron ou une autre fraîcheur synthétique. Mais pour cela, il suffit d’aérer !

L’arrêt du port de couches à 9 mois est complètement déraisonnable.

Les parents peuvent stopper les couches chez eux, s’ils le souhaitent. Ils ne peuvent pas imposer cela à une ass mat. Je comprends la position ferme de l’animatrice de relais. Un enfant ne maîtrise correctement ses sphincters entre 2 et 3 ans et ½. Autant dire qu’on est loin du compte à 9 mois !

L’assistante maternelle va avoir des dégâts : linge de lit souillé, salle de jeux et pièces de vie que l’enfant occupe en proie à des mares d’urine, ce qui est complètement normal pour un enfant de 9 mois. Bien entendu, on comprend mieux pourquoi les parents souhaitent des produits d’entretien écologiques. L’ass mat doit refuser des pratiques qui ne sont pas en adéquation avec l’évolution normale et le bien-être de l’enfant. Les parents sont libres de laisser l’enfant sans couche chez eux et elle ne doit pas juger cela.

Quant à la télévision, mieux vaut éviter la télévision pour les enfants de moins de 18 mois ! Si certains parents acceptent et d’autres non, vous pouvez parler aux parents récalcitrants en montrant des grilles de programme et des DVD adaptés aux plus jeunes. Les parents ont souvent “peur” que les enfants passent des heures devant la TV. Rassurez-les sur la durée des dessins animés qui n’excèdent pas 15 minutes en général.

Aurélie